• Avec les oreilles aussi !

     

     

    Dans les articles de presse me concernant, il est souvent question de mon "vibrato". Je me suis donc demandée pourquoi et comment j'ai développé ce vibrato ; après lectures de plusieurs livres de chant, j'ai compris que je le pratiquais instinctivement grâce à mes oreilles... On ne chante pas qu'avec l'appareil vocal, mais aussi avec les oreilles ! (et avec le corps tout entier !)

    Pour les passionnés de la voix, voici un petit texte concernant le “vibrato”.

     

    Le vibrato : keskessé ?

    "Un bon vibrato est une pulsation de hauteur accompagnée normalement de pulsations synchrones d'intensité et de timbre, dont l'ampleur et la vitesse sont de nature à conférer au son une qualité d'agréable souplesse, de tendresse et de richesse." (définition par Seashore et ses associés).

    Avec un vibrato, on décrit la voix comme "chaude", "vibrante", "résonante", "vivante". Un son présentant un vibrato excite tour à tour des régions cochléaires différentes et évite le phénomène de fatigue. En effet, au bout d'un certain temps, un son de fréquence et d'intensité fixes paraît diminuer de force pour l'auditeur, car il se produit une fatigue auditive due à la sollicitation de la même plage de la cochlée sans phase de repose.

    Donc, le vibrato est composé de la fluctuation de hauteur, de la variation d'intensité et du nombre d'oscillations par seconde. C'est une voix chantée et travaillée, qui est le résultat naturel entre le mécanisme de l'écoulement d'air et le rapprochement des cordes vocales.

    - Dans un vibrato bien maîtrisé, la variante de la hauteur se situe entre 1/4 et 1/2 ton (on doit être à un tiers de ton), c'est une question de qualité et non d'écart. On ne perçoit pas une alternance de 2 notes, mais l'oscillation d'une note unique.

    - L'intensité se trouve entre 2 et 3 dB.

    - Combien d'oscillations par seconde pour un bon timbre de voix ? Lorsque la vitesse du vibrato est inférieure à 6 fluctuations par seconde, on décrit alors une voix qui "bouge" le wobble (l'oscillation lente = oscillazione) car c'est trop lent et trop large, il est indésirable dans la voix chantée. Quand c'est entre 7 et 8 oscillations par seconde, c'est trop rapide et trop serré, le son est perçu comme un tremblement, ici on parle de tremolo, et chevrotant lorsqu'on atteint 12 oscillations par seconde. Un vibrato chanté normal se situe à 6,2 pour les hommes, 7 pour les femmes.

    Avec ces différences, on distingue donc : le vibrato, l'oscillazione, le tremolo, et le trille que l'on trouve dans le bel canto de la première moitié du XIXe siècle, dans ce cas, on oscille le larynx tout entier ce qui donne la variation de hauteur d'un demi-ton ou plus.

    "Tout le monde possède un vibrato potentiel", (Schipp, 1981), et lorsqu'on chante en total coordination (respiration, production vocalique, éléments de registration, articulation et toutes autres facettes de la technique vocale), rien ne pose de problème et le vibrato non plus.

    Pour plus d'infos sur le vibrato : " La structure du chant" de Richard Miller, et "Le chant : contraintes et liberté" de Benoît Amy de la Breteque.

    Avec les oreilles aussi !

     

     

    Partager via Gmail