•  

    Un lieu charmant où l'on sent une terrible envie de Communiquer !

    Cliquer sur les photos pour les agrandir...

    C'était samedi 9 septembre à Aurillac (15)     C'était samedi 9 septembre au Café-Asso La Loupiote à Aurillac (15)

     

     

     

     

     

    C'était samedi 9 septembre au Café-Asso La Loupiote à Aurillac (15)

     

     

     

     

     

     

     A découvrir "TOUT NUS", du dernier disque "Tout au fond de la rivière" :

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    Cliquer sur les photos pour les agrandir...

    C'était vendredi 8 septembre au café lecture La Clef à Brioude (43).      C'était vendredi 8 septembre au café lecture La Clef à Brioude (43).

     

     

     

     

     

    C'était vendredi 8 septembre au café lecture La Clef à Brioude (43).

     

     

     

     

     

     

     

    NOUVELLE : Le disque "Tout au fond de la rivière" est arrivé !

    Chers souscripteurs, surveillez votre boîte aux lettres dans les jours prochains... et merci à vous !

     

    Partager via Gmail

  •  

    C'était le 27 août, concert chez l'habitant à St-Blimont (80).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une chanson revisitée pour le nouveau disque :

    CET HOMME

    Un homme était assis
    A l’autre bout du banc
    Il rangeait ses soucis
    Le jour était tombant

    J’écoutais son murmure
    Qui grinçait dans le soir
    Ses mots souvent obscurs
    S’étiolaient dans le noir

    Cet homme avait perdu
    La bonne idée de vivre
    Il avait tout rendu
    Sa femme et tous ses livres

    Il s’était assis là
    Très las de tout commerce
    Dès lors il se soûla
    De paroles diverses

    Il palabrait ainsi
    La voix presque muette
    Egrenant ses soucis
    En inclinant la tête

    Si loin de la tribu
    Ivre de lassitude
    Il semblait avoir bu
    Toutes les solitudes

    Il chantonnait parfois
    Quelques bribes de mots
    Des rimes d’autrefois
    Des plaintes d’animaux

    L’homme ne mangeait pas
    Il grignotait surtout
    Des semblants de repas
    Qu’il prenait n’importe où

    Il ne dormait plus guère
    Il s’allongeait ici
    Sur ce fameux banc vert
    Où il vivait assis

    Il n’était pas très vieux
    Pas très jeune non plus
    On lisait dans ses yeux
    Qu’il avait beaucoup lu

    Cet homme était assis
    Légèrement courbé
    Il rangeait ses soucis
    Le jour était tombé

    J’ai laissé là cet homme
    Mais sa voix m’a suivie
    Trottant comme un fantôme
    Elle martèle ma vie.

    Partager via Gmail