• Piste 6 - piano voix 2011

    LES HOMMES FUNAMBULES

     

    A tous ces matins gris
    Souvent recommencés
    Qui nous rendent aigris
    Et décontenancés
    Riment ces soirs de veille
    Où cachés sous le drap
    Nous songeons à la veille
    Qui demain reviendra

     

    L’homme blessé
    D’un innocent
    Qui saigne et sait
    Sucer le sang
    Des autres
    Vient se lover
    Contre lui-même
    A tant rêver
    L’autre qui l’aime
    L’autre

     

    Entre soleil et lune
    Chaque jour tend son fil
    Pour conduire à la brune
    Son aurore profil
    Et joignant ces deux bulles
    Telles des flammeroles
    En cordées émouvantes
    Les hommes funambules
    Portent les auréoles
    De ces torches vivantes

     

    Dès lors que le silence
    Frémit dans les roseaux
    Le cygne se balance
    Doucement sur les eaux
    Il ne danse pas seul
    Sa fidèle compagne
    Revêtue d’un linceul
    Dans l’onde l’accompagne

     

    Les oiseaux dorment
    Dessous les ailes
    Des yeux s’allument
    Les branches d’orme
    Plein d’étincelles
    Sont dans la lune.
    Dans la lune