•  

    Quelques notes sur la poésie et la chanson... 

    L'expérience de la chanson poétique, vue par un professionnel, c'est d'abord l'expérience du mépris, puisque 

    la chanson est un art méprisé par les élites intellectuelles. Cela fait que, malheureusement, le niveau de l'interrogation critique sur cette discipline est à peu près nul. Pourtant, si on voulait réfléchir un peu, on pourrait voir que l'art est assez difficile, d'opérer cette synthèse d'un texte et d'une musique qu'il convient d'interpréter avec une voix qui atteigne le fond de la salle, avec une diction et une sensibilité de comédien... 

    Aucun autre type d'artiste n'est placé devant ce terrible défi: être seul, pendant une heure, devant le public. 

    Les écrivains ont tout leur temps pour raturer, reprendre, réécrire; et lorsqu'ils ont envoyé leur texte à l'éditeur, l'affaire est faite! Les peintres travaillent dans la solitude de l'atelier. Les musiciens jouent la musique d'un autre; un chef les guide. Les comédiens, les artistes lyriques jouent le texte d'un autre; ils sont mis en scène par un autre encore et ne disent chacun qu'une part du texte; ils peuvent hésiter, trébucher sur une syllabe, ils peuvent briser le rythme de l'oeuvre... Seul l'auteur-compositeur-interprète présente une synthèse aussi risquée: absolument seul au milieu du plateau! Mépris des adeptes de la "haute culture"... 

    Dommage.

    Jacques Bertin, La revue commune, n°9, février 1998.

    Pour lire la suite : http://disquesvelen.free.fr/bertin/commune.htm

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    C'était vendredi à Ault, "18 chansons d'humeur, d'humour et d'amour".

      

    (cliquer sur les images pour les agrandir)

     

     


    Commentaire d'un spectateur laissé sur ma chaîne Youtube :
    "Grand merci Madame, la soirée d'hier fût extraordinaire ! Touchante, amusante, quelques fois coquine,
    Hélène nous a pris doucement la main pour nous emporter dans son univers coloré et inspiré... Pour ma
    part, vu la chaleur je suis resté tout au fond de la rivière, à côté de la boite de sardines, la canette de bière,
    j'ai cherché le lingot d'or et ma carte d'électeur... ce soir là en tout cas, j'ai trouvé une grande artiste."
    Merci Peter Roffini.
    Pour voir la vidéo et le commentaire...

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    Prochain concert : 27/07 à Ault (80) sur les pas de Victor Hugo

    - Vendredi 27 juillet 2018 à 18 h : récital "des mots et des paroles" au Café-Crêperie-Galerie d'art, 20 grande Rue à Ault (80) organisé par l'association "J'écris ton nom", réservation 03 22 60 42 31 ou 07 85 50 90 42

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Victor Hugo, lettre du 8 septembre 1837 adressée à son épouse Adèle Hugo : 

    "...A deux heures et demie, j'entrais au Bourg d'Ault... J'ai fait quelques pas sur les galets du Bourg d'Ault, puis je suis remonté dans le village pour redescendre avec la falaise dans les plaines de sable où les dunes viennent aboutir de leur côté ...Où naît la falaise, la dune meurt. La dune meurt dignement dans une grande plaine de sable de huit lieues de tour qu'on appelle le désert et qui sépare le Bourg d'Ault, où la falaise commence, de Cayeux, village presque enfoui dans les sables, où finit la dune. Il m'a fallu traverser ce désert à pied. Le nom n'est en vérité, pas trop grand pour la chose. Figure-toi, chère amie, une immense solitude bornée à l'horizon par de vagues collines. Pas un homme, pas une cabane, pas un arbre. On marche ainsi trois grandes heures... A six heures, j'entrais à Cayeux..." 

     

     

     

     

    Partager via Gmail